Site internet conçu et réalisé par biochons en collaboration avec AdexxiA Communication  - © 2017 Biochons.

Arnouni/Biochons 2275 Chemin de la Doudonne 13290 les Milles/mail: contact@biochons.fr/ N siret: 43898733100040

  • Page Facebook de Biochons

Le cochon Laineux, une race d'exception.

Le cochon Laineux, est une race de porc qui se rapproche du sanglier.

Son apparence permet de le distinguer facilement avec son poil épais et frisé.
Il a connu un très grand succès à travers toute l'Europe du début du 19 ème siècle à la fin du 20ème siècle.

Mais face à la concurrence du porc blanc, élèvé intensivement en intérieur et 4 fois plus rapide à engraisser, la race fut proche de disparaitre à la fin du siècle dernier.

C’était la viande préfèré des rois.


Son élevage nécessite patience et attention.

Il s'élève uniquement en plein air et met près de deux ans à atteindre son poids idéal.

Le cochon Laineux doit son salut à l'excellence de sa viande et la grande qualité de son gras.

D'origine Hongroise son nom souligne cette caractéristique : " Porc avec beaucoup de lard", son gras fond a basse température 32°, donc ne bouche pas les artères.

Son aire d'origine est l’ancien empire austro-hongrois où la race est issue dès 1830 de croisements de races diverses, toutes productrices de lard. Produisant un lard d'excellente qualité, le porc laineux a conquis la moitié orientale de l'Europe au milieu du xixe siècle et figurait par moments parmi les races les plus fréquentes dans plusieurs pays d'Europe.

En raison de la forte demande, le grand porc blanc (large white) a presque complètement évincé le porc laineux au xxe siècle. Le porc laineux est en effet long à prendre du poids (au moins deux ans, contre cinq mois pour le large white) et ses femelles sont peu prolifiques (trois portées et huit porcelets en moyenne en deux ans).
 

Il s’élève en plein air (il supporte mal l’enfermement).
Son origine se trouve dans les pays de l’ancienne Monarchie danubienne (mais non, toutefois, dans les deux pays principaux, l’Autriche et la Hongrie).
Dans la plupart des cultures préhistoriques et protohistoriques, le cochon occupait la première place dans la production de viande. Des ossements trouvés en Mésopotamie attestent que les cochons, avec les moutons et les chèvres, étaient encore largement plus répandus à l’époque que les bovins. Chez les Celtes et les Germains également, l’élevage de cochons avait une grande importance. Déjà autour de l’an 9000 avant Jésus Christ, des cochons domestiques étaient élevés en Grèce et en Anatolie. Des recherches archéologiques sur les cochons domestiques et les sangliers ont apporté la preuve que la domestication est intervenue à l’ère néolithique dans de nombreuses régions, sans qu’il y ait de lien entre elles.
Jusqu’au 18e siècle, les cochons étaient gardés essentiellement en plein air (notamment dans les forêts); ils étaient considérés comme des cochons de pâturage idéaux, même si des croisements non voulus intervenaient fréquemment avec des sangliers. La plupart du temps, la forêt n’était pas évaluée selon ses ressources en bois, mais selon le nombre de cochons qu’on pouvait y faire paître. Avec la dévastation croissante des forêts résultant de leur exploitation intense (bois et pâturage), l’élevage de cochons à la ferme devint de plus en plus difficile, ce qui conduisit à une nette diminution des effectifs de cochons en Europe centrale. A la suite de cela, on entreprit toujours plus souvent d’étendre les zones de pâturage aux prairies et aux terres en jachère des biens communaux, avec une préférence pour les secteurs humides (prairies humides, marais). On conduisait aussi les cochons, après la moisson, sur les champs de chaume. Toutefois, les conditions changèrent au 19e siècle avec l’introduction de méthodes agricoles plus intensives dont l’un des effets fut d’entraîner la mise à l’étable des animaux, dans la perspective d’un engraissement plus rapide.
Les caractéristiques spécifiques de la race n’ont guère changé depuis deux siècles. Les rayures de marcassin que présente le porcelet à la naissance témoignent de la proche parenté du cochon laineux avec le sanglier.En mode d’élevage extensif, les cochon laineux peuplaient les steppes et les forêts. Les gardiens de cochons les faisaient paître non seulement dans les forêts de chênes (où ils se nourrissaient de glands), mais aussi dans les terrains marécageux et les terres en jachère. Les cochons élevés en plein air étaient conduits aussi sur les pâturages ou les prairies communales, les terrains en friche ou les champs de chaume.En raison de la remarquable qualité de son lard et d’une bonne couche de graisse, l’animal se répandit rapidement dans toute l’Europe et devint en bien des régions le cochon le plus courant. A la fin du 19e siècle, le producteur de lard à la toison laineuse était devenu une race d’élevage très appréciée. En 1927, le cochon Laineux fut officiellement reconnu comme race.

                                                                            
extrait du site : https://www.wollschwein.ch/index.php/fr/das-wollschwein/17-histoire

Elevage BIO de cochons laineux Aix en Provence | Elevage BIO de cochons Mangalitza Aix en Provence 
Elevage BIO de cochons laineux Bouches-du-Rhône | Elevage BIO de cochons Mangalitza Bouches-du-Rhône
Producteur Charcuterie BIO Aix-en-Provence |Producteur Charcuterie BIO Bouches du Rhône
Aix en Provence Biochons | Biochons éleveur de cochons laineux Puyricard 13540 |cochon bio Mangalitza
producteur viande bio Aix en Provence| producteur local bio vente directe | la Ferme nature | la sainte victoire